La porte du placard

Toutes les situations de vie qui ne sont pas immédiatement privilégiées ni visible nous placent de facto dans « un placard. » Ceci est vrai également pour les polyamoureux. Tout placard s’ouvre par une porte, et à nous de décider si on la garde fermée hermétiquement, si on l’entrouvre avec précaution en espérant que les pentures ne grincent pas trop, ou si au contraire on pulvérise la porte et autant que possible tout ce qui peut nous retenir dans se placard du même coup.

On peut souvent se demander « comment » sortir du placard, mais la première question essentielle à se poser est « pourquoi » le faire. Cette question est primordiale car les réactions des autres seront variées et imprévisibles.

Alors, l’évidence qu’il faut souligner d’emblée: si vous faites votre coming-out, faites le pour vous, et pour vous uniquement, non pas parce que vous désirez provoquer un changement dans le comportement de votre entourage. Par exemple, vous pouvez sortir du placard parce que vous n’aimez pas avoir à faire des cachotteries, ou des détours linguistiques à chaque fois que vous parlez de votre situation relationnelle. Ou encore, parce que vous désirez contrôler un peu le discours et présenter la situation d’abord selon votre point de vue, plutôt que de laisser les autres commenter dans l’ignorance de ce que vous vivez réellement. Parce que vous avez envie de revendiquer votre orientation relationnelle, de l’affirmer, car ultimement c’est un des éléments déterminants de votre personne et il vous semble incohérent de le cacher. Et peut-être enfin parce que vous voulez envoyer un signal qui vous permettra de rejoindre et d’être rejoint par ceux et celles qui partagent ou sont intéressé(e)s par ce type d’orientation.

Ce n’est pas un survol exhaustif, et dépendant du public à qui vous faites votre coming-out, vos motivations pourront changer. À titre d’exemple, je suis très « out » sur une base régulière car je ne considère pas avoir à cacher quoi que ce soit. Mais lorsque j’en ai parlé à mes enfants, c’était d’abord dans un but éducatif, afin de les aider à avoir une réflexion appropriée sur le sujet, plutôt que de les laisser poser des questions (si interrogations ils avaient) dans la cour d’école – et pour ceux qui s’inquiètent cette discussion s’est très bien déroulée!

Mais revenons au coming-out: celui-ci peut être plus ou moins discret, limité, par étapes, selon votre besoin toujours. À vous de voir qui, de parents, famille, amis, collègues, etc. a besoin d’être informé. Moins vous en parlez, plus vous laissez de limites ou de contraintes à votre expression, mais plus vous en parlez, plus vous perdez le contrôle sur les réactions des autres. Allez-y (ou non) selon votre jugement et votre équilibre là-dedans.

Après un sondage (pas scientifique du tout) auprès de la communauté polyamoureuse montréalaise, j’ai eu la chance d’obtenir le partage de plusieurs histoires de coming-out (merci d’ailleurs à ceux et celles qui se sont livré(e)s à l’exercice). Grosso modo, on peut classer les réactions sur ce spectre, des plus négatives aux plus positives:

  1. Le rejet: l’autre voudra vous exclure activement de sa vie suite à un jugement critique de votre style de vie. Il peut être accompagné de honte (slut-shaming envers vous ou envers vos partenaires), voir de malversations, médisances et ragots. Bien que ce soit plus rare, ça arrive. Les raisons peuvent être variées: peur pour sa réputation, d’être la cible des ragots (« savais-tu que sa fille est bla-bla-bla… »), convictions religieuses très fortes, voir sectaires, hyper-conformisme social comme mécanisme de défense. Il est très difficile d’indiquer comment réagir à ce rejet sans en connaître la cause, mais d’après mon observation toute personnelle, les gens qui sont susceptibles d’utiliser la honte (slut-shaming) comme tactique, sont aussi ceux qui peuvent être le plus facilement contraints par cette même tactique. Mais n’allez pas partir une guerre de tranchées, là! Il est parfois plus sage de simplement battre en retraite et de ne plus mentionner le sujet avec ces personnes – du moins si vous désirez leur conserver une place dans votre vie.
  2. L’incompréhension: on dira que vous « traversez une phase », que « vous ne savez pas ce que vous voulez » ou que « vous n’avez pas trouvez le bon ou la bonne. » L’intention n’est pas hostile, mais révèle l’incapacité de comprendre un cadre relationnel différent. C’est une réaction assez courante. Dans la mesure où c’est sans mauvaise intention, inutile de perdre trop de temps à expliquer ce que vous vivez.
    1. Une variante moins agréable de l’incompréhension: la compréhension distordue qui fait croire à l’autre que « polyamoureux » veut dire « prêt(e) à coucher avec n’importe qui, donc moi, donc je m’essaie sans vergogne. » N’hésitez pas à mettre les choses au clair fermement: vous n’êtes pas un objet.
  3. L’indifférence: ou la réaction de type « ah, ok. » Ne vous méprenez pas, ce sera une réaction très fréquente. Votre orientation relationnelle est très importante pour vous, mais dans les faits, elle intéresse une infime minorité de la population en générale, même parmi vos amis. Les gens comprennent mais ont d’autres chats à fouetter.
  4. L’acceptation: ou la réaction de type « ah, cool! » et souvent teintée de curiosité. La plupart des gens qui vous acceptent déjà d’emblée et qui vous tiennent en estime risquent d’avoir cette réaction. Après tout, ce qui est important pour eux, c’est qui vous êtes, et non pas ce que vous pouvez leur apporter. Ces personnes auront des questions parfois saugrenues, mais visant surtout à mieux vous comprendre ainsi que ce que vous vivez.

Lorsque je disais au départ que le coming-out devait se faire pour vous, c’est par exemple pour éviter des situations où vous tenez absolument à faire comprendre ce que vous vivez à quelqu’un qui n’en est pas capable, ou à susciter l’enthousiasme chez quelqu’un qui a d’autres priorités. Je suggère de faire ce coming-out d’abord pour créer un espace d’expression plutôt que de tout refouler en-dedans de vous,  mais sans attente face aux réactions d’autrui. À moins de faire face au rejet (plus rare, mais possible) vous pourrez créer cet espace avec les autres types de réactions.

Enfin je conclus le tout sur un appel à tou-te-s: si vous le désirez, n’hésitez pas à partager vos histoires de coming-out (que ce soit d’orientation relationnelle, sexuelle, de genre, etc.) dans les commentaires. Pour ceux qui ne l’ont pas fait, c’est un premier pas très ardu, incertain, et tous les points de repères peuvent aider. Enfin, en tant que communauté, l’affirmation collective est nécessaire afin de revendiquer notre place, et ça, ça commence par chaque coming-out individuel.

Si vous aimez ce blogue, je vous invite à le reconnaître sur Patreon!
Diffusez-moi!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.